Comment dompter les assistants vocaux ?

Rédigé le 30/07/2018
Julian Dupraz

ASSISTANTS VOCAUX

La radio est plus que jamais entrée dans l’ère du digital et l’arrivée, en grande pompe sur le marché, des assistants vocaux n’a fait que confirmer cette tendance. Alors, que doivent faire les radios pour réussir le virage, évidemment difficile, de ce nouveau mode de diffusion ? Enquête.

Les radios ont enchaîné les communiqués de presse à tout va : France Info annonçait d’ailleurs "être le numéro 1 de l’information sur les assistants vocaux" alors que RMC, via sa directrice générale Cécilia Ragueneau, "se réjouissait d’intégrer Alexa d’Amazon et ainsi toucher les auditeurs partout". Qu’on se le dise, au-delà d’un effet de mode, la question des assistants vocaux est véritablement centrale dans la stratégie digitale globale, et de diffusion, des radios. "Je vois comment ma fille utilise son assistant vocal… avant, elle ne demandait jamais les actualités, alors que maintenant, elle va à la pêche aux infos via son Google Home", sourit Bruno Dubois, le directeur de l’antenne de Sud Radio.

Les skills d’Amazon

Grand avantage pour les radios dans le marché des enceintes connectées et plus particulièrement chez Amazon : la possibilité de créer des skills, des applications en réalité qui permettent aux utilisateurs de personnaliser leurs expériences. À cet effet, et pour la petite histoire, les Éditions HF possèdent leur propre skill avec La Lettre Pro de la Radio. Depuis le lancement d’Alexa en France, de nombreuses skills ont gagné en popularité parmi lesquelles, bien entendu, toutes les radios nationales. C’est donc parti pour "Alexa, lance Sud Radio", ou "Alexa, lance RTL"… La place de l’assistant vocal est également scrutée de près, une preuve de plus de son intérêt grandissant. "On remarque que la plupart des assistants vocaux sont placés dans le salon et c’est là que les personnes écoutent la radio", analyse Antoine Crehalet, directeur associé d'ADN AI, agence spécialisée dans l’accompagnement des médias dans leur révolution vocale (voir encadré). Quoi qu’il en soit, les assistants vocaux demeurent une véritable mine d’or pour les radios qui voient là l’occasion – une de plus – de diffuser et d’élargir leurs cibles. Histoire que l'on aime toujours, ici et ailleurs, et encore plus, notre cher média radio…
"Alexa, lance RTL"

Avec la voix de votre animateur préféré…

Et si vous entendiez tous les matins votre animateur favori depuis l’assistant vocal placé dans votre salon ? C’est désormais possible et la société ADN AI, créée en octobre 2017, est spécialisée dans ce type de propositions. "Nous sommes une agence d’accompagnement des médias dans leur révolution vocale", présente Antoine Crehalet, directeur associé, qui sait jongler et manier parfaitement tous les fournisseurs. "Le métier de la radio va être de plus en plus digitalisé. Google et Amazon, c’est 90% de bonnes réponses, c’est bien meilleur que Siri." Pour environ 300 € HT/mois (le coût standard pour la personnalisation et la reconnaissance d’un titre), ADN AI vous propose de personnaliser la voix de votre assistant vocal et de lui donner ainsi celle de votre animateur radio favori. Un dispositif déjà réalisé, et réussi, pour le premier bouquet de webradios Hotmix.